Billets de jrm48601

  • TEST-DAY 24H SPA 2018

    Les pilotes qui ont participé à la journée test des Total 24 Hours of Spa ont été gâtés par le soleil. Alors que la séance matinale a été interrompue par plusieurs drapeaux rouges, celle de l’après-midi n’a été suspendue que très brièvement, ce qui a permis aux équipes de bénéficier d’un maximum de temps de roulage. 

    À midi, c’est l'Audi R8 LMS du Belgian Audi Team WRT qui pointait au sommet du classement en bouclant les 7 kilomètres du circuit en 2’20’’, devançant d’un quart de seconde la Porsche #117 du KÜS Team75 Bernhard. 

    Après la pause de midi, les équipes et les pilotes ont entamé une nouvelle session, mais sur cinq heures cette fois. Nombreux sont dès lors ceux qui ont effectué de long relais pour analyser l’évolution de leur monture au fil des tours. Le chrono matinal de l’Audi WRT était légèrement amélioré par la Porsche numéro 991 Herberth Motorsport, qui s’offrait un 2’19"833. Deuxième, la Nissan GT-R numéro 23 du GT Sport Motul Team RJN ne lui concédait que 0"055. Signalons que le meilleur chrono absolu de la journée a été signé par l’Aston Martin du Optimum Racing, une équipe engagée en British GT.

    Parmi les nouvelles voitures de spécifications 2018, la Nissan numéro 23 a donc été la plus rapide devant la Continental Bentley Team M-Sport. Notons la présence de la Lexus numéro 14 du Emil Frey Lexus Racing (17ème) et la NSX GT3 #30 Castrol Honda Racing (19ème), une voiture très attendue.

     

     

  • TOTAL 24 HOURS OF SPA

    L’Audi de Christopher Haase (All), Jules Gounon (Fra) et Markus Winkelhock (All) gagne une 69e édition des 24 Heures de Spa-Francorchamps indécise jusque dans les derniers tours.

    Edition numérique des abonnés

    Les Allemands Christopher Haase et Markus Winkelhock et le Français Jules Gounon, à bord de l’Audi R8 LMS du Team Sainteloc, ont remporté dimanche la 69e édition des 24 Heures de Spa-Francorchamps, 7e manche des Blancpain GT Series.

    La course est restée indécise jusqu’au bout : à une heure de la fin, six voitures étaient encore dans le même tour.

    La lutte pour la victoire a concerné finalement l’Audi N.25 des Allemands Christopher Haase et Markus Winkelhock et du Français Jules Gounon et la Bentley N.8 du Belge Maxime Soulet, du Monégasque Vincent Abril et de l’Espagnol Andy Soucek. Malgré le forcing final de Soulet, Haase a conservé une dizaine de secondes d’avance sur le pilote belge avant de creuser l’écart dans les 20 dernières minutes.

    La Mercedes N.90 des Italiens Edoardo Mortara et Raffele Marciello et du Britannique Michael Meadows a pris la troisième place.

    C’est la quatrième victoire en sept ans pour Audi.

  • TEST DAY 24H DE SPA

    Porsche, le constructeur allemand a montré qu’il allait falloir compter sur lui dans la région de Spa. La 911 GT3-R n°117 Küs Team de Laurens Vanthoor, Michael Christensen et Kévin Estre s’est montrée la plus rapide ce mardi.

    La Porsche a réalisé le chrono de référence en 2:19.451, devançant un trio de Ferrari 488 GT3. La n°55 Kaspersky Motorsport de Fisichella-Calado-Cioci est deuxième à 86 millièmes devant la n°50 de Lathouras-Rugolo-Pier Guidi et la n°72 SMP Racing de Shaytar-Molina-Rigon. Cinquième chrono pour la Bentley Continental n°8 de Maxime Soulet-Andy Soucek-Vincent Abril. La première Audi R8 LMS du Team WRT, la n°2 de De Philippi-Mies-Vervisch, est 18ème.

    La BMW M6 GT3 victorieuse en 2016 (Martin-Eng-Sims) est 45ème.

    Meilleur temps en Pro-Am pour la McLaren 650S n°42 Strakka Racing de Leventis-Williamson-Fleming-Webb tandis que la Ferrari 488 n°888 Kessel Racing de Duyver-Zanuttini-Perel-Cadei a été la plus rapide en Am Cup.

  • PIKES PEAK

    Romain Dumas a signé sa 3e victoire à Pikes Peak (Colorado) en remportant la 95e édition au volant de sa Norma MXX RD Limited. Si le double vainqueur des 24 Heures du Mans n’a pas pu améliorer son chrono personnel établi l’an dernier avec la M20 (8’51’’445), mais le temps de 9’05’’672 lui a suffi pour s’assurer la première place du classement général.

    Peter Cunningham 5Acura TLX GT°, a été le plus proche en terminant à 28 secondes de Romain Dumas. Clint Vahsholtz a complété le podium à 2s sur une Ford Open de 2013. Rhys Millen n’a signé que le 4e chrono sur sa Hyundai Genesis Coupe de 2012.

    Sébastien Loeb conserve donc le record de la montée de Pikes Peak sur sa Peugeot 208 T16 Pikes Peak en 8’13’’878.

  • WRC pologne

    Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul étaient clairement les plus forts ce week-end en Pologne. La marque coréenne réalise même le doublé grâce à Hayden Paddon.

    Ott Tänak, Leader du rallye, partait à la faute dans une portion glissante de la spéciale de Paprotki, laissant le première place a notre compatriote empochant même un point suplémentaire dans la Power Stage.

    Grâce à cette troisième victoire de la saison, Thierry revient à 11 points seulement de Sébastien Ogier, troisième sur la terre polonaise. Quatrième, Dani Sordo  devance Stéphane Lefebvre.

    En WRC2, Teemu Suninen a été épatant pour son premier rallye sur la Ford Fiesta WRC 2017. Le jeune Finlandais a cependant perdu sa place dans le Top 5 en partant en tête-à-queue dans l’ultime spéciale.

  • PAUL RICARD

    Cela fait trois ans que Bentley Team M-SPORT n’avait plus remporté de course en Blancpain GT Series Endurance Cup.  Vincent Abril, Andy Soucek et Maxime Soulet ont remporté la course au Castellet avec la Continental GT3 n°8.

    La n°8 a profité de sa bonne stratégie de course dès les premières interruptions face à la Mercedes-AMG GT3 n°4 – Black Falcon, partie sur une stratégie différente, pour s’emparer définitivement des commandes du classement dans la dernière heure. La Mercedes dominatrice en qualifications devra toutefois renoncer avant l'arrivée, Luca Stolz arrivant au ralenti dans la pitlane juste après son dernier arrêt aux stands.

    La Ferrari 488 GT3 n°72 – SMP Racing conclut au deuxième rang.

    Après avoir redressé la barre à Zolder, Audi revient encore le podium grâce à la très bonne prestation de la R8 LMS de Rast-Müller-Garcia, auteur d’un dernier relais impeccable pour venir prendre le dessus sur la Mercedes-AMG GT3 n°88 - AKKA-ASP. Alex Buncombe – Katsumasa Chiyo – Lucas Ordonez placent la Nissan GT-R Nismo GT3 RJN dans le top 5 devant les Audi R8 n°17 – Team WRT.

    Les BMW M6 du ROWE Racing n’ont pas eu de réussite après avoir pointé en tête de la course, avec une crevaison pour la n°98 et des soucis techniques sur la n°99.

    Après avoir reçu une pénalité d’une minute de stop&go pour une collision avec l’Audi R8 LMS n°5 – Team WRT, la Lamborghini Huracan GT3 n°63 – GRT des leaders du championnat Bortolotti – Caldarelli – Engelhart, conclut au 13e rang.

    En Pro-Am, la victoire revient à la Lamborghini Huracan GT3 n°77 - Barwell Motorsport de Amstutz - Kodric - Kujala. 

    La BMW M6 GT3 n°36 - Walkenhorst Motorsport de Walkenhorst - Schiwietz - Van Campenhoudt s'impose en Am Cup.

  • 24 HEURES DU MANS

    Timo Bernhard, Brendon Hartley et Earl Bamber (Porsche 919 Hybrid) ont remporté dimanche les 24 Heures du Mans au bout du suspense, une édition marquée par le nouveau fiasco de Toyota.

    Cette 85e édition, a en effet été marquée par une hécatombe des voitures de la catégorie reine (LMP1), dont deux sur six seulement ont vu le drapeau à damiers.

    On attendait un duel serré avec Toyota, désireux de prendre sa revanche après son échec de 2016. Mais l’écurie allemande, débarrassée de la menace nippone à mi-course, a cette fois-ci lutté jusqu’au bout avec une LMP2. C’est en effet l’Oreca-Gibson N.38 de l’écurie Jackie Chan DC Racing qui a résisté jusqu’à 67 minutes de l’arrivée, terminant dans le même tour. Elle s’était même emparée de la tête à la faveur de l’abandon de la Porsche N.1 peu avant midi dimanche.

    La Porsche n°2  a remonté cinquante places après avoir été immobilisée plus d’une heure aux stands samedi. La Vaillante Rebellion n°13 a décroché la 3e place du général.

    Chez Toyota, tout s’est précipité aux environs d’une heure du matin dimanche. Victime de problème d’embrayage, la Toyota N.7, en tête, s’est soudain mise au ralenti et n’a pu rejoindre les stands. Pas le temps de souffler que la N.9, passée en deuxième position derrière la Porsche N.1, a commencé à fumer, avant également d’abandonner.

    Dans la catégorie GTE-Pro, la bagarre très animée remportée par Aston Martin devant Chevrolet a tenu toutes ses promesses. Enfin en catégorie GTE Am, la victoire est revenue à la Ferrari 488 GTE numéro 84 des Britanniques Will Stevens et Robert Smith, et de notre compatriote Dries Vanthoor.